15/02/2011

Eglise Art nouveau

EGLISE 1.JPG

EGLISE 2.JPG

EGLISE 3.JPG

Lors d'une excursion de groupe, nous avons visité l'église "Art nouveau" de Bléharies.

Le19 octobre 1918, le conflit touche à sa fin. Préparant son retrait, l'armée allemande fait sauter les six mines placées dans le clocher de l'ancienne église de 1771. L'ensemble du bâtiment est pratiquement détruit. Chargé de sa reconstruction en 1924, l'architecte  tournaisien Henry Lacoste souhaite constituer, avec la cure adjacente et le bâtiment de droite un site artistique. Une fois les plans approuvé par le Roi Albert 1er, l'architecte s'installe à Bléharies pour suivre au mieux les travaux. Il innove, tant dans sa conception architecturale que dans l'emploi des matériaux.

porte métal 4.JPG

Portail d'entrée en métal

Il décompose ainsi les objets en éléments géométriques simples et introduit des formes en courbes, peu conventionnelles dans une église. La tour du clocher est composée de pierre et de briques, et les grands arcs intérieurs sont faits de béton, évitant ainsi les traditionnels piliers et colonnes. Ce choix répondrait aussi au souhait du prêtre de l'époque, lassé de voir ses paroissiens "discuter de vaches et de pigeons derrière ces paravents".

La chaire de vérité s'inspire probablement des modèles bretons et sert particulièrement lors des grands rassemblements et pardons.

chaire de vérité 8.JPG

En façade, le triangle-verrière procure à l'édifice une luminosité particulière. Peu commun, le style révolutionnaire de l'ensemble ne laisse pas indifférent.

vitrail derrière l'autel 11.JPG

vitrail 5.JPG

VITRAIL DANS LA TOITURE 15.JPG

vitrail dans la toiture 1 16.JPG

 Dans la toiture chaque vitrail représente les sacrements...

L'église est dédiée à Saint-Aybert (1060-1140), originaire de Bléharies. Son sarcophage repose derrière l'autel. Célébré le 7 avril, il est toujours invoqué pour "rendre la santé à celui qu'une fièvre longue et douloureuse tourmente".

texte ST ST aMAND 7.JPG

 

st amand 6.JPG

Quelques statues qui ornent l'église

 

st joseph et enfant jesus 14.JPG

st therese 13.JPG

vierge 12.JPG

 

 

 

Het Witte Elfenheksje

07/02/2010

La Vierge a midi

                 ange avec reflet dans l'eau

Il est midi. Je vois l'église ouverte. Il faut entrer. Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.

Je n'ai rien à offrir et rien à demander. Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Rien que pour un moment pendant que tout s'arrête. Midi! Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.

Ne rien dire, regarder votre visage, Laisser le coeur chanter dans son propre langage.

Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu'on a le coeur trop plein, Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.

Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée, La femme dans la Grâce enfin restituée,

La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final. Telle qu'elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.

Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ, Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.

Parce que vous êtes la femme, l'Eden de l'ancienne tendresse oubliée, Dont le regard trouve le coeur tout à fait et fait jaillir les larmes accumulées,

Parce que vous m'avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France Parce qu'elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,

Parce qu'à l'heure où tout craquait, c'est alors que vous êtes intervenue Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,

Parce qu'il est midi, parce que nous sommes en ce jour d'aujourd'hui Parce que vous êtes là pour toujours , simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

                          Paul Claudel (1868-1955)

Het Witte Elfenheksje

23:23 Écrit par nadine dans citations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bonheur, eglise, midi, demander, vierge |  Facebook |