22/08/2010

Bénédiction

 

chapelle romantique.jpg
Bénédiction

...Vers le ciel, où son oeil voit un trône splendide,
Le Poète serein lève ses bras pieux,
Et les vastes éclairs de son esprit lucide
Lui dérobent l'aspect des peuples furieux :

- "Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance
Comme un divin remède  à nos impuretés
Et comme la meilleure et la plus pure essence
Qui prépare les forts aux saintes voluptés !

Je sais que vous gardez une place au Poète
Dans les rangs bienheureux des saintes Légions,
Et que vous l'invitez à l'éternelle fête
Des Trônes, des Vertus, des Dominations.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Mais les bijoux perdus de l'antique Palmyre,
Les métaux inconnus, les perles de la mer,
Par votre main montés, ne pourraient pas suffire
A ce beau diadème éblouissant et clair ;

Car il ne sera fait que de pure lumière,
Puisée au foyer saint des rayons primitifs,
Et dont les yeux mortels, dans leur splendeur entière,
Ne sont que des miroirs obscurcis et plaitifs ! "

Charles Baudelaire

Het Witte Elfenheksje

 

11/03/2010

Notre Dame de la Salette

    statue nd de la Salette

               Image nd DE LA SALETTE HWE

Le 19 septembre 1846 sur les pentes du mont Planeau à près de 1800 m d'altitude deux enfants bergers, Mélanie et Maximin, illettrés et pauvres jouent à faire un paradis avec les fleurs de la montagne. Après avoir partagé un frugal repas vers midi ils s'endorment au soleil, puis recherchent leurs vaches éloignées et voient une grande clarté, une sorte de globe de feu tournoyer d'un éclat insoutenable. Dans la lumière apparaît une femme assise sur une pierre dans le paradis des enfants, les coudes sur les genoux, les mains lui couvrant le visage. Elle pleure. Elle ressemble, au dire de Maximin, à une pauvre mère que ses fils auraient battue. "Avancez, mes enfants, n'ayez point peur. Je suis ici pour vous conter une grande nouvelle." Se levant elle ressemble à une servante (bonnet, fichu, tablier) qui serait reine. Sa tête s'orne d'un diadème de rayons, sa robe est pailletée d'étoiles. Elle cache les mains dans ses manches, serrant contre Elle le crucifix vivant qu'Elle porte sur la poitrine suspendue à une chaîne.Aux extrémités de la traverse de la croix sont visible un marteau et des tenailles entrouvertes. Elle porte une guirlande de roses jouxtant une chaîne  sur ses épaules. Elle pleure abondamment.

La Dame leur parle "Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils : il est si fort et si pesant que je ne puis le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres...Vous n'en faites pas de cas. " Elle indique les deux choses qui appesantissent le bras de son Fils : le travail du dimanche et les jurons grossiers des charretiers. Elle se plaint des gens qui manquent la messe...Viendront des châtiments divins redoutables pour les paysans : pommes gâtées, semences mangées par des bêtes, blés en poussière, noix mauvaises, raisins pourris, famines... Convultions de petits enfants, qui se sont réalisés. Pourtant la Dame promet la postérité si les coeurs changent. "S'ils se convertissent, les pierres et les rochers se changeront en monceaux de blé et les pommes de terre se trouveront ensemencées par les terres."

Elle interroge ensuite les enfants " Faites-vous bien votre prière ? " Elle leur recommande de la faire soir et matin. La Vierge Marie nous montre la chaîne qui, un jour, doit enchaîner Satan, c'est le collier de roses, le rosaire qui doit lier l'ennemi. A la Salette Elle vient nous apprendre que seul le chapelet nous donnera la victoire. Après leur avoir confié un secret à chacun la Vierge Marie, ses pieds ne touchant plus terre leur dit et redit " mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple."

Het Witte Elfenheksje

25/01/2010

La Vierge au lapin

     La vierge au lapin hwe

Cette oeuvre religieuse d'un style raffiné, La Vierge au lapin , de Tiziano Vecellio, dit le Titien (vers 1490 - 1576) compte parmi les plus fascinantes.

La scène se déroule dans un paysage de la campagne vénitienne, un cadre magnifique baigné d'une lumière douce et frémissante de coucher de soleil.

Habillée d'un manteau bleu et d'une robe rouge, la Vierge Marie est assise à même le sol. Elle porte son attention sur son fils, lui-même très intéressé par le lapin blanc que caresse sa mère.

Cette femme élégante qui lui tend l'enfant avec précaution est Sainte Catherine d'Alexandrie. Avec son diadème de perles et sa somptueuse robe de satin, elle a tout d'une mariée de la haute société vénitienne.

                             Gwennaëlle Gribaumont

Het Witte Elfenheksje